Nos coups de cœur

Nouvelles orientales
Marguerite Yourcenar
Année : 1978
Editeur : Gallimard
Collection : Imaginaire

Le bouche à oreille m’a fait découvrir ce livre délicieux, des courtes nouvelles de la grande dame.

Ces brefs textes de Marguerite Yourcenar, tissu de légendes, de contes et de simples récits, nous emmènent de la Chine à la Grèce, avec une écriture aussi admirable que celle de ses grands romans.

Un grand petit livre que je ne peux m’empêcher de vous proposer ! 

 Randolph

Des diables et des saints
Jean-Baptiste Andréa
Année : 2021
Editeur : L'Iconoclaste

Joseph surnommé Joe, joue remarquablement bien du piano depuis 50 ans. Pas dans les salles de concert. Dans les gares et les aéroports. Dans l'attente de quelqu'un.

À l'adolescence, son professeur de piano lui apprend exclusivement des œuvres de Beethoven. Ces cours prennent fin quand ses parents meurent dans un accident d'avion, alors qu'Amstrong fait ses premiers pas sur la Lune. Il rejoint une cinquantaine de garçons dans un orphelinat pyrénéen, Les Confins, où l'éducation religieuse y est très sévère, le surveillant général, Grenouille, tyrannique et vicieux. Joe prie son propre dieu, Michael Collins. Avec un groupe de quatre garçons, respectivement surnommés La Fouine, Sinatra, Souzix, Edison et Danny, il se retrouve en secret tous les dimanches soirs pour écouter une émission sur un poste de radio récupéré et réparé par Edison. Chacun d'eux a eu une histoire tragique. Et puis ils élaborent des plans d'évasion.

Malgré la présence d'un piano, il est interdit à Joseph d'en jouer jusqu'au jour où un généreux donateur vient, accompagné de sa fille Rose, elle aussi âgée de seize ans. Il est décidé qu'il lui donnera des cours de piano.

Magnifique roman initiatique où la musique est omniprésente. L'enfance, l'amitié, l'amour sont évoqués avec sensibilité. Le récit est mené avec dynamisme et véracité. L'auteur nous tient toujours en haleine. De belles images illustrent rêves et poésie. Un coup de cœur.

Catherine

On était des poissons
Nathalie Kuperman
Année : 2021
Editeur : Flammarion
Collection : Litterature francaise

Agathe revient sur une période cruciale de son enfance. Alors qu'elle avait onze ans, son père est parti vivre à New York. Sa mère, excentrique et déséquilibrée, l'entraîne dans sa folie. jusqu'à se noie dans l'alcool certains soirs.

La narratrice passe constamment de la fillette malmenée, hésitant entre amour et haine pour sa mère, et l'adulte qu'elle est devenue qui cherche à comprendre qui était sa mère, toxique et irresponsable.

Drame familial, remarquablement étouffant. L'écriture est maîtrisée et efficace.

Catherine

L'empreinte à Crusoé
Patrick Chamoiseau
Année : 2012
Editeur : Gallimard
Collection : Blanche

Un Robinson Crusoé haut en couleur, dans une écriture poétique, riche en images, avec des réflexions passionnantes sur le pouvoir de la littérature. Sensations fortes où l'humain évolue au fil du temps. Depuis vingt ans Crusoé est seul sur son île quand il découvre une empreinte. Un extraordinaire remue-ménage s'opère dans sa tête, passant du guerrier à l’observateur, puis de contemplatif à artiste, Crusoé finit par trouver la sérénité. Une multitude de sujets dur la condition humaine donne à réfléchir. Un autre récit sous la forme d'un journal de bord jalonne cette robinsonnade. Le dénouement est à couper le souffle. À lire absolument.

Catherine

Au Coeur de la Vague
Patrick Chappatte
Année : 2020
Editeur : Les Arènes

Chappatte est un très bon dessinateur de presse dont la réputation n’est plus à faire.

Depuis 1995 il réalise en parallèle des reportages en bandes dessinées.

Dès mars 2020 il s’est retrouvé « impliqué » dans cette vague et très tôt informé (notamment par le Docteur Pittet, « inventeur » du gel hydroalcoolique »)de l’ampleur qu’elle allait prendre.

Tout en envoyant des dessins à ses employeurs de diverses presse, il a entrepris une sorte de journal de bord de l’évolution de l’épidémie.

Le reportage mêle, ces dessins et une bande dessinée où se retrouvent, entre autres des personnages réels dont la photo a été retraitée par lui. Ce qui rend le reportage très humain.

Une belle continuité cependant dans le déroulement, qualité des dessins très parlants, et humour percutant.

Un aide-mémoire efficace, intelligent, sans aigreur et sensible de cette « annus horribilis », en tout ces du premier confinement de mars à août 2020.

Josiane


Personnage avec un livre
En voir plus